En novembre dernier, une petite délégation du DAS Theatre d’Amsterdam a effectué une visite à Helsinki au Festival Baltic Circle avec le soutien de l’Institut culturel finlandais pour le Benelux
  • Curator Conversations_5 ©Tani Simberg_Baltic Circle
1 juin 2018

© Tani Simberg – Baltic Circle

Depuis plusieurs années déjà, le Festival Baltic Circle, événement international, s’essaie à des pratiques curatoriales nouvelles dans un esprit à la fois audacieux et ouvert. Ce festival marque sa différence en introduisant des actions curatoriales conjointes, en politisant ses méthodes curatoriales et en redéfinissant la notion d’internationalisation de la culture. Le Festival Baltic Circle s’affirme ainsi précurseur, ce qui en fait un objet de visite idéal pour des étudiants appelés à se familiariser de par leurs études avec les différents aspects du travail de curateur.

 

Trois étudiantes accompagnées de leur enseignante Lara Staal, par ailleurs curatrice indépendante et chargée de communication, et de Barbara Van Lindt, directrice artistique du DAS Theatre, se sont ainsi rendues au festival, profitant de l’occasion pour proposer des actions de coopération aux responsables du Baltic Circle. Nous avions par ailleurs invité en janvier dernier la directrice artistique du festival Satu Herrala à venir nous voir pour des échanges de vues sur la visite de novembre 2017, ainsi que d’ailleurs sur une autre visite à venir prévue au cours de l’automne 2018.

Nous vous présentons ici les commentaires des étudiantes ayant participé au voyage de novembre dernier à Helsinki :

« Être témoin des pratiques curatoriales du Festival Baltic Circle m’a apporté un bel aperçu du travail de curateur et de la notion de soin, au sens le plus large, que le curateur se doit d’apporter à tel ou tel événement culturel en cours. Les mots qui traduisent au mieux l’expérience que j’ai vécue lors de ma visite au festival sont intimité et transparence : ces deux mots me sont venus à l’esprit dès que j’ai feuilleté le programme soigneusement rédigé du festival, et aussi quand j’ai pris connaissance de la dramaturgie de cet événement ou que j’ai participé aux libres conversations que nous avons eues la nuit dans des clubs. L’apport plein de vivacité et d’authenticité de Satu Herrala à ces moments que nous avons passés ensemble m’a fait forte impression. Quant au spectacle The First Nations, il m’a profondément touchée. Ce spectacle mettait en évidence la nécessité d’associer justice sociale et écologie tout en insistant sur le long chemin qu’il nous reste encore à parcourir pour atteindre cet objectif. J’ai été choquée d’apprendre quelle était la situation des communautés autochtones samis établies dans le Grand Nord européen. De nombreux récits et histoires personnelles restent ignorés, car personne ne les transmet. Il est tout à fait certain que les arts peuvent jouer un rôle considérable en termes de parole donnée aux voix silencieuses, non pas d’ailleurs seulement en évoquant l’un ou l’autre sujet, mais en créant des espaces d’écoute permettant à ces voix de se faire entendre. Le contraste que j’ai observé entre les spectacles The First Nations et Sharp Lenses, Soft Senses a commencé par me déconcerter. Rétrospectivement, l’interaction existant entre ces deux productions me semble cependant ne pas manquer d’intérêt. Insistant tantôt sur la notion d’intimité (MDLSX), tantôt sur la sensibilité ou encore le plaisir (Sleeping Beauty) ou mettant en scène des situations où tel personnage se met à la place de tel autre (Think Much, Cry Much), les spectacles auxquels j’ai assisté me semblent donner au spectateur une piste pour aborder au mieux ces deux thèmes qui ne cessent de hanter nos sociétés que sont la séparation et l’exclusion. » Ingrid Vranken

« A côté de la programmation d’une grande richesse du Festival Baltic Circle, ce qui m’est resté le plus fortement présent à l’esprit à la suite de ma visite a été notre coopération avec la curatrice du festival Satu Herrala et l’artiste sami et curatrice Pauliina Feodoroff. Notre coopération a mis en évidence des aspects de l’activité curatoriale que j’estime essentiels : le fait de repousser à l’extrême les limites d’un festival artistique en abordant des thèmes à la fois pertinents et sensibles. Dans le cas présent, les limites habituelles se sont trouvées repoussées à travers d’une part la mise en pleine lumière de la situation des communautés autochtones de Finlande, d’autre part la comparaison du sort de ces minorités avec des situations analogues s’observant dans d’autres régions du monde. J’ai trouvé également important que non seulement des artistes sami aient participé au festival, mais qu’une personnalité sami ait figuré parmi les curateurs de l’événement, et aussi que le public du festival ait pu disposer de suffisamment d’espace, ce dernier point répondant à une réelle nécessité. J’ai aussi trouvé très appréciable que le festival n’ait pas eu peur de pousser le public dans ses retranchements, à savoir dans un espace encore inconnu des uns et des autres, où les termes du problème posé sont soumis à une renégociation permanente et où les rapports de force habituels se trouvent remis en question. En tant que française et européenne blanche, j’ai eu l’occasion grâce à cet événement d’écouter et d’apprendre. Le festival m’a ainsi offert un espace propice à la remise en cause de mon mode de fonctionnement personnel et des limites de celui-ci aussi bien en tant qu’artiste que curatrice et spectatrice. J’ai été amenée à me poser la question de la marge de manœuvre des arts par rapport aux sujets sociétaux et à la politique. Est-il suffisant de parler de tel ou tel sujet ? Ces deux pôles, arts et politique, peuvent-ils interagir et s’insuffler mutuellement de l’énergie ? Les arts sont-ils en mesure, à travers leur vocation à transmettre un récit relevant de la fiction et l’expression éventuelle d’une imagination radicale, d’apporter leur contribution à tel ou tel grand sujet impliquant de douloureux questionnements en profondeur pour nos sociétés ?  Ce festival a été pour moi un espace débordant largement le seul cadre temporel du festival : un espace où j’ai pu mesurer la part de responsabilité qui est la mienne. Cette conscience de ma responsabilité ne m’a pas quittée depuis. » Alice Pons

« Le programme du Festival Baltic Circle a fait la part belle à de nombreuses approches différentes de faire et de voir du théâtre tout en associant le public aux spectacles. Le festival nous a offert un panaché de performances, de théâtre textuel, de soirées dans des clubs, de séances expérimentales et d’événements discursifs. Les échanges qui ont eu lieu entre Ingrid, Alice, Barbara et moi-même d’une part, et les deux curatrices Satu Herrala et Pauliina Feodoroff d’autre part, ont mis en évidence la délicate complexité et l’importance de toute démarche de travail centrée sur les individus, les cultures et les sociétés humaines. Le colloque intitulé The Village Council, fruit d’une organisation conjointe par Satu et Pauliina, m’a semblé correspondre à un format intéressant, car je suis originaire d’Aotearoa, terre autrement connue sous le nom de Nouvelle-Zélande, dont les peuples autochtones sont appelés les Māori ou le peuple Tangata Whenua. La réunion en question a clairement mis en évidence que la prise en compte des savoirs des peuples autochtones est peu à peu en train de s’imposer comme une nécessité d’une grande actualité, même si les sujets dont il s’agit sont sensibles et restent tributaires du bon vouloir de ceux qui détiennent le pouvoir. Le colloque The Village Council a consisté à combiner de façon très intéressante les savoirs et les méthodologies des peuples autochtones pour les faire plus largement connaître au sein de nos sociétés. » Isobel Dryburgh

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

DAS Theatre

Le DAS Theatre est un programme de master international relevant de l’établissement d’enseignement supérieur DAS Graduate School (Amsterdam University of the Arts). Ceux et celles qui suivent ce programme sont aussi bien des professionnels du théâtre que des curateurs issus de tous les horizons du spectacle vivant. Des informations complémentaires sont disponibles ici : https://www.atd.ahk.nl/en/theatre-programmes/das-theatre/

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.