Aleksi Malmberg: Des élections orientées culture
2 avril 2015

La fièvre électorale commence à monter en Finlande alors qu’il ne reste que moins de trois semaines avant le prochain scrutin législatif. Pourtant, il semble que les grands médias nationaux aient laissé les sujets en rapport avec la culture et les arts sur une voie de garage, ou peut-être devrait-on dire que ces sujets n’ont même jamais eu la chance d’approcher les starting-blocks. Les thèmes culturels n’ont jamais été présents dans les débats électoraux ni dans les questionnaires candidats en ligne proposés à leurs lecteurs par les grands médias finlandais, ce malgré qu’un sondage effectué en février par le quotidien Helsingin Sanomat ait établi que les sujets culturels avaient au moins une certaine importance dans leurs choix de vote pour 61 % des électeurs.

Faut-il vraiment que selon l’ordre des priorités défini par les médias, le public en vienne à considérer que des questions du type « Estimez-vous que le chien est plus intelligent que le chat, ou l’inverse ? », « Mangez-vous des plats préparés ou des plats maison ? » ou « Croyez-vous à une forme d’intelligence extérieure à notre planète ? » posées de façon systématique aux candidats à nos législatives dans les questionnaires en ligne, soient d’une plus grande importance pour le pays que des questions qui auraient porté sur la culture ?

A la fin de l’année dernière, la Belgique a décidé d’amputer d’un coup le budget de ses institutions culturelles fédérales à hauteur de 16%, à quoi s’ajoutent de sévères coupes budgétaires au niveau des institutions culturelles régionales. Le ministre de la Culture luxembourgeois a quant à lui décidé de remettre les compteurs à zéro en soumettant à appel d’offres toutes les aides publiques d’Etat à destination des institutions culturelles du pays. Quant aux Pays-Bas, les aides publiques aux arts y ont été réduites d’un coup du quart à la suite des élections de 2011, ce qui a entraîné des conséquences brutales. L’opinion publique n’est pas clairement favorable à toutes ces décisions, et il serait souhaitable que l’on débatte en Finlande de préférence dès avant les élections de l’espace vital à réserver à la culture comme de son devenir, ne serait-ce que pour que les gens sachent ce pour quoi ils vont voter.

Au cours de ce printemps, les milieux culturels finlandais se sont montrés très actifs, réclamant haut et fort que les élections donnent l’occasion de mettre l’accent sur la culture. Le fait que la campagne en faveur des arts « Taide2015 » qui a lieu actuellement en Finlande ou le questionnaire établi pour les candidats aux législatives par l’organisme de gestion des droits d’auteur Teosto soulèvent la question d’élections orientées culture n’est toutefois pas suffisant. La culture et les arts concernent la société dans son ensemble, aussi il serait bon que les sujets culturels figurent au côté des autres thèmes abordés lors des élections.

Pourquoi donc la culture brille-t-elle par son absence du champ du discours politique dans les principaux médias ? A-t-on peur de revenir aux années 1970 si l’on se remettait à parler dans la même phrase de politique et de culture ? Le magazine Suomen Kuvalehti a écrit avant même le début de la campagne électorale que le sujet ne figure pas sur la check-list des hommes et femmes politiques entre autres parce que « les politiques ne savent pas et n’osent pas parler des arts ».

Personne, vraiment personne d’un peu informé sur le sujet ne peut croire que cette affirmation reflète la réalité. N’est-il pas vrai qu’en général, les responsables politiques s’expriment fort volontiers ? Cela fait partie de leur travail, et la plupart sont d’ailleurs passionnés de culture. D’autre part, la classe politique finlandaise, tous partis confondus, compte plusieurs personnalités profondément conscientes de l’importance de la culture et des arts au sein de la société, qu’il s’agisse de la culture en tant que valeur en soi, de l’interaction entre les cultures, de la capacité des filières créatives à offrir des débouchés professionnels et un potentiel à l’export, des bénéfices de la culture en termes de bien-être et de santé, ou encore de l’élargissement du champ des connaissances de chacun ou de l’affirmation de son identité.

Le problème tient plutôt au fait que personne n’interroge les hommes et femmes politiques dans les médias nationaux sur les arts et la culture, alors que cela permettrait de mettre véritablement en lumière des différences de vues et de valeurs entre les candidats aux élections.

Cet article est écrit par Aleksi Malmber, directeur de l’Institut culturel finlandais pour le Benelux.

Image © Pablo Hannon/Hectica

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /var/www/fs2/23/finncult/public_html/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Warning: Use of undefined constant myOffset - assumed 'myOffset' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /var/www/fs2/23/finncult/public_html/wp-content/themes/wpbootstrap/single-blog.php on line 80